5 Lose Tennis

Tennis, Gloire et Beauté, des mots qui font rêver

L’inutilité d’un automne ?

Posted by Um Vendéen on octobre 25th, 2016

hubber-hokmah11.jpg

Partie III : les poils morts se ramassent à la pelle.

C’est l’indoor, nous entrons dans les ténèbres. Ou plutôt, la lumière se retire comme pour mieux incarner la règle ontologique du tsimtsoum kabbalistique, de la nécessaire apnée de la respiration divine pour laisser vivre librement Sa création, de Sa discrétion.
De Sa kénose. “Il se retira, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite” (Gn 2.2).

Le retrait et l’absence, jusqu’à l’angoisse absolue : “Eli, Eli, lama sabachthani ?” (Ps 22.1).

Jusqu’au retour de la Lumière, humble, dans la chair, entre deux animaux comme pour tout reprendre à zéro, car notre âme-Israël s’est prostituée (”Le bœuf connaît son propriétaire, et l’âne la crèche de son maître, mais Israël ne connaît rien, mon peuple n’a pas d’intelligence” Is 1.3).

Et même si “le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière et sur ceux qui habitaient le pays de l’ombre de la mort, une lumière a resplendi” (Is 9.2 ; Mt 4.16), pouvoir a été donné à l’adversaire d’éprouver même le Fils de l’homme comme avaient été éprouvés Moïse (Jd 1.9), Josué (Za 3) et Job.

“Voici l’heure de la puissance des ténèbres” (Lc 22.53), de l’immersion dans les enfers de l’humanité, lieu de l’affrontement de l’Amour-kénose de Dieu et de la liberté humaine. Car quelle plus grande liberté que de refuser le don gratuit et éternel ?

Seulement ensuite, l’Anastasie : “Ô mort, où est ta victoire ? Ô mort, où est ton aiguillon ?” (1Cor 15.55).

Mais ça mène à Pâques tout ça.

Quel est le sens, si comme le dit l’Évangéliste “Dieu est amour” (1Jn 4.16), de cette tragédie, de cette inévitable descente dans nos enfers personnels, de ce terrifiant face-à-face avec l’accusateur ? Ô Dieu, pourquoi m’as-Tu tiré du néant pour me livrer à la gueule du dragon ? “Simon, Simon, voici, Satan vous a réclamé pour vous passer au crible comme le froment” (Lc 22.31).

“Au vainqueur je donnerai à manger du fruit de l’arbre de vie” (Ap 2.7).

A un moment je pensais bifurquer sur le tennis, mais je ne sais plus comment. Peut-être le tsimtsoum federien, les ténèbres djokoviennes. Ou Stanimal (”Tu ne muselleras pas le bœuf qui foule le grain” Dt 25.4), qui sauve la saison pour la troisième fois de suite quand même…

Heureusement, les jeunes arrivent, vu qu’il n’y a plus de vieux avec Roger qui cherche des girolles, Djokovic qui a dû visionner un de ses matchs en mangeant du tofu bio après son yoga, d’où la déprime. Nadal qui nous prive comme trop souvent de notre gonzo automnal.

Derrière, les mi-jeunes, que des génies : Nishikori, Raonic, Monfils (jeune dans sa tête)…

On sent que ça va être un chouette Masters.

A un moment faut passer aux choses sérieuses : un article intéressant sur la conversion de Robert à l’Eglise orthodoxe éthiopienne :

http://beginningandend.com/bob-marley-rasta-believer-jesus-christ/

pa-7509472.jpg




 


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 130 articles | blog Gratuit | Abus?